Le Pommier

  • Quel était le quotidien d'un individu handicapé ? Était-il pris en charge par les siens ?
    Rejeté ? Soigné ? Accompagné ? Appareillé ?
    Aujourd'hui, les progrès de l'archéologie permettent une lecture de plus en plus précise de cette prise en charge des infirmes, des « corps différents », des estropiés, des faibles ou des malades. Et une réflexion collective sur l'accueil de la différence dans les sociétés qui nous ont précédés, qui peut nourrir les débats actuels sur la place du handicap dans nos sociétés contemporaines.

    Sur commande
  • L'histoire de la culture est ponctuée de " mutations cognitives " qui, à l'instar des mutations génétiques, donnent naissance à des innovations appelées à se diffuser dans le temps et dans l'espace.
    Déjà présent chez les animaux, le phénomène s'accélère et se multiplie avec le genre homo. des premiers outils à l'invention de l'écriture en passant par la domestication du feu, l'apparition du langage symbolique, les premières expressions artistiques, l'invention de l'agriculture et de l'élevage, les communautés humaines ont innové, puis assuré la transmission des savoirs et des savoir-faire qui ont permis les succès de l'espèce.
    La racine du phénomène se trouve dans la faculté d'apprendre des autres : nous sommes dotés d'une mémoire socialisée grâce à laquelle nous appartenons à des collectifs composés de morts et de vivants, au sein desquels se propage la culture. cet essai est une introduction à la série " les origines de la culture ", parue dans la collection " le collège de la cité ".

  • Trois chercheurs : un paléo-anthropologue, un neurobiologiste et un philosophe, réunis, pour tenter de répondre à une même question, plus que jamais d'actualité : « qu'est-ce que l'humain? ». Le paléo-anthropologue, Pascal Picq, considère l'homme à l'intérieur du monde vivant, en insistant plus sur les continuités que sur les ruptures. Selon lui, comment ne pas faire descendre l'homme de son piédestal d' « animal doué de raison », quand on sait que les primates ont développé des techniques relevant de la culture ? Le neurobiologiste Jean-Didier Vincent, interroge quant à lui le « miracle » de la sélection génétique qui a fait qu'à un moment de l'évolution quelques gènes se sont mis soit à fonctionner plus longtemps soit à se dupliquer et à s'exprimer là où ils ne devaient pas l'être, dans le cerveau ". Enfin, pour nouer nature et culture, la philosophie, en la personne de Michel Serres, relaie les savoirs scientifiques en méditant sur le temps. Nous savons aujourd'hui évaluer la durée gigantesque requise par la formation de l'univers inerte, des vivants et de l'homme. Comment définir ce dernier, sinon comme un vivant parti à la conquête de ce temps ? Comme "le premier vivant en voie d'autoévolution" ?

    Sur commande
  • Depuis l'Antiquité, cette entité mystérieuse a suscité interrogations et controverses, sans jamais jouir d'un consensus. Assimilé à l'espace, il a servi de référence pour repérer positions et mouvements. Baptisé éther, il a ensuite joué le rôle de transmetteur de la lumière, de la gravitation ou de l'électromagnétisme... Aujourd'hui, la physique quantique le considère comme un nouvel état de la matière, permettant de rendre compte de l'accélération de l'expansion de l'Univers. La dialectique du vide est féconde : c'est bien souvent l'analyse des paradoxes qu'il suscite qui contribue aux progrès de la physique. Cela reste-t-il vrai pour la physique contemporaine ?

    Sur commande
  • Regroupées en trois parties (Le mort et le vif ; Le vécu de la mort ; La bonne mort), les contributions des huit auteurs de cet ouvrage explorent, à la lumière de la biologie, de la philosophie, de la science des religions, de l'histoire, de la psychanalyse, quelques-unes des innombrables interrogations que fait surgir la question du "mourir" : Comment la biologie et la médecine contemporaines définissent-elles la mort ? Les travaux sur le "suicide cellulaire" doivent-ils nous conduire à voir la mort comme étant indispensable à la vie ? Sur quels fondements repose la définition médicale de la mort humaine ? Comment aborder la fin de vie, rendre accessibles les soins palliatifs et, parfois, entendre la demande d'euthanasie ? Où en sommes-nous avec la mort, ses représentations et ses rites ? Les croyances en l'immortalité individuelle trouvent-elles aujourd'hui à se renouveler, dans une version laïque, en s'alimentant aux découvertes des sciences du vivant ?

    Sur commande
  • Nous l'avons tous vécue dans notre corps, et pourtant...
    Comprendre et prendre en charge un phénomène aussi complexe nécessite l'apport de nombreuses compétences. Cet ouvrage tente d'aborder les aspects essentiels de la douleur dans leur diversité : quels sont ses mécanismes neurophysiologiques ? Comment la reconnaître et la traiter, y compris chez ceux qui ne peuvent s'exprimer comme le polyhandicapé ou le nouveau-né, voire le foetus ? Quel éclairage nous apportent la philosophie, les religions, la littérature ou les simples mots du malade ? En France, la lutte contre la douleur n'a véritablement débuté qu'en 1993 ! Bien des combats y ont déjà été menés victorieusement ; mais des progrès sont encore à espérer.

  • Lancé à l'initiative de Claudie Haigneré, présidente d'universcience - nouvel établissement de culture scientifique regroupant deux musées emblématiques, la Cité des sciences et de l'industrie et le Palais de la découverte-, cet ouvrage collectif est un plaidoyer en faveur de la culture scientifique. Dans une époque où les avancées des sciences et les innovations technologiques sont les facteurs principaux du changement qui affecte notre environnement, notre monde, nos vies, il est devenu crucial de sceller une nouvelle alliance entre sciences et sociétés. Le livre est un appel à encourager le goût des sciences, à en faire partager les bonheurs, à instaurer la culture des sciences comme une composante à part entière de la culture tout court. Il est aussi un éloge du désir de savoir, passion humaine et fondement de la recherche. Le corps de l'ouvrage est consacré aux principaux champs du travail scientifique : l'univers, la matière, le vivant. Pour chacun de ces domaines, y compris les mathématiques apparemment les plus abstraites, des spécialistes français incontestés présentent les recherches récentes, dégagent les perspectives de la recherche à venir, et montrent en quoi celles-ci nous concernent tous, par ses impacts, par ses enjeux, par ses beautés. Cette capacité de la science et de la technologie à changer notre monde quotidien est également illustrée par des analyses des nouvelles technologies de l'information, porteuses d'une vraie mutation de civilisation. Le livre se conclut avec des ouvertures sur l'enseignement des sciences et, plus largement, sur l'éducation du futur où l'intelligence des sciences et des techniques jouera nécessairement un rôle central.

    Sur commande
  • Les magnifiques découvertes que la génétique et la biologie moléculaire ont effectuées depuis les années 1970 seraient-elles dépassées ? Depuis cette date, la molécule d'ADN (acide désoxyribonucléique) est considérée comme l'unique support de l'hérédité et une immense quantité d'observations ont été faites, amenant par exemple au décryptage de divers génomes. Ce cadre conceptuel serait-il devenu trop étroit ? En effet, plusieurs phénomènes ont révélé que l'expression ou le silence d'un gène se transmet de génération en génération on pas uniquement grâce à la fameuse double hélice, mais gaiement par le biais d'autres mécanismes, qui ne dépendent tas des gènes. Cette hérédité, qualifiée d'" épigénétique ", est-elle un nouveau mode d'hérédité ou un recyclage des anciennes idées ?

  • En moins d'un siècle, un formidable système s'est mis en place aux niveaux mondial, régional et national. Fondé sur l'hégémonie de sources d'énergie (successivement le charbon, puis le pétrole au niveau mondial et le nucléaire en France), il empêche le développement des solutions alternatives, les stratégies énergétiques étant décidées par des centres de plus en plus éloignés du citoyen, devenu consommateur passif.
    Bernard Laponche fait la démonstration qu'une stratégie d'efficacité énergétique dont l'objectif est de mieux répondre aux besoins de développement avec une consommation bien inférieure à celle résultant des pratiques actuelles est possible.

  • Le ciel va-t-il nous tomber sur la tête ? À l'échelle d'une vie humaine, le climat paraît remarquablement stable. Mais si l'on regarde vers le passé, on trouve les traces de changements formidables avec la formation et la fonte d'énormes calottes polaires de grande amplitude de températures, d'impressionnantes variations du niveau des mers. Aujourd'hui, on cerne mieux la complexité de la machinerie climatique de la terre : les subtiles interactions entre les océans, l'atmosphère, les continents et la biomasse, le cycle des gaz à effet de serre, l'impact des particules. Et l'on mesure bien que l'émission massive de gaz carbonique et de méthane, déchets des activités industrielles et agricoles humaines, va modifier le climat planétaire à une vitesse probablement inégalée jusqu'ici. Peut-on encore enrayer ce bouleversement annoncé ? Ce livre nous éclaire précisément et honnêtement sur ce nouveau défi de notre époque.

  • Quels sont les facteurs qui contribuent à déterminer la taille d'une meute de lionnes ? Comment les sociétés de fourmis parviennent-elles à coordonner leurs multiples activités ? Pourquoi, chez les ouistitis, certaines femelles sont monogames et d'autres polyandres ? Répondre à ces questions implique de comprendre les fondements du comportement social des espèces animales. Des bandes anonymes de pigeons aux sociétés de termites, à travers un festival coloré d'écailles, de plumes et de poils, nous percevons comment nécessité de survivre et de se reproduire, coopération et conflits entre congénères, et capacités d'auto-organisation cadencent le pas de l'évolution des sociétés animales.

  • Certains nombres ont acquis un prestige particulier, en raison de leurs propriétés mathématiques, de leurs multiples applications et aussi de la « part de rêve » qu'ils nous donnent au travers de ce qui constitue parfois une véritable mythologie.
    Le nombre pi et ses décimales mystérieuses calculées avec toujours plus de précision, le nombre d'or dont la richesse mathématique n'a d'égale que la profusion de mythes qu'il a engendré, la racine carrée de 2 que nous contemplons tous les jours sans le savoir lorsque nous utilisons une feuille de papier au format A4, le zéro, l'unité, mais aussi le nombre i, « base des imaginaires purs », ou encore le nombre e, « base des logarithmes néperiens », sont autant de représentants parmi les plus éminents du panthéon des nombres. En livrer quelques unes des innombrables clés est l'objet de cet ouvrage.
    Bien sûr, cette liste ne se limite pas à ces nombres ; beaucoup d'autres nombres « extraordinaires », dont nous donnons un bref aperçu en fin d'ouvrage, méritent eux aussi l'attention. Et puis, existe-t-il un nombre qui ne soit pas extraordinaire. ?

  • De nombreux travaux récents en écologie comportementale développent les intuitions darwiniennes sur la sélection sexuelle. Qu'il s'agisse de la diversité des régimes d'appariement (polygynie, polyandrie, monogamie, promiscuité) ou de l'extravagance de multiples caractères sexuels secondaires, les conséquences de la reproduction sexuée semblent sans limites. Outre les merveilleuses histoires naturelles que les auteurs de ce livre nous raconte, ils nous interrogent, une fois de plus, sur la limite entre l'homme et l'animal, dans l'espace étroit qui sépare une sexualité ancestrale ancrée dans la finalité reproductrice d'une sexualité hédoniste, censée être l'apanage de l'espèce humaine.

  • Comment est-on passé de la matière inerte au vivant, il y a environ 3,5 milliards d'années ? Les éléments précurseurs de la vie sont-ils nés dans l'atmosphère primitive ? dans les océans ? ou sont-ils venus de l'espace ? Qui est apparu le premier, de l'ADN ou des protéines ? Quelle était la toute première cellule qui a ensemencé notre planète, dont tous les êtres vivants descendent et que l'on a baptisée LUCA (" dernier ancêtre commun universel ") ? Il y a un demi-milliard d'années, apparaissent les premiers animaux marins. Cette " explosion de la biodiversité ", événement sans précédent de l'histoire de la vie, donne naissance aux écosystèmes marins que nous connaissons actuellement.

  • XX, XY, comment devient-on un homme ou une femme ? Qui gouverne la construction de notre identité sexuelle ? Nos gènes ? Nos hormones ? La société ? La famille ? .Simone de Beauvoir avait-elle raison lorsqu'elle écrivait « On ne naît pas femme on le devient » ? Sauf accident, tout individu obéit aux lois de la génétique et de la physiologie qui créent dans notre espèce des mâles et des femelles. Mais au-delà, le regard de nos parents, de la société toute entière, nous façonne dans notre intimité. Et si la différence des sexes structure la pensée humaine, peut-on changer les rapports du masculin et du féminin ? Que disent désormais les sciences sociales, humaines et les sciences du vivant de cette construction ?

  • Les mathématiques discrètes sont la partie des mathématiques qui s'intéresse à des objets «énumérables » comme une succession de nombres entiers, un réseau routier fait de carrefours reliés par des routes, le codage et l'interprétation de données mises sous la forme d'une suite de 0 et de 1, etc.
    Encore balbutiantes au début du XXe siècle, les mathématiques discrètes ont, depuis, pris leur essor, notamment sous l'impulsion de l'informatique. Elles constituent un élément essentiel du paysage mathématique contemporain et concernent, entre autres, la combinatoire, les systèmes dynamiques, l'algorithmique, la complexité, la théorie des nombres ou encore les probabilités.

    Dans cet ouvrage, quatre situations de mathématiques discrètes sont considérées :
    - le comptage des arbres binaires, un sujet de combinatoire, outil essentiel de l'informatique (Jean-Christophe Novelli) ;
    - les suites de Fibonacci aléatoires, au carrefour des systèmes dynamiques, des probabilités et de la théorie des nombres (Benoît Rittaud) ;
    - le traitement numérique de l'image, aux applications désormais quotidiennes (Elise Janvresse et Thierry de la Rue) ;
    - la suite de Morse, suite de 0 et de 1 qui a été considérée aussi bien par des théoriciens de la combinatoire des mots que par des champions d'échecs (Emmanuel Lesigne).

  • Classer les organismes vivants et rechercher leurs relations de parenté sont une seule et même chose, mais comment reconstruire l'histoire du vivant ? Hervé Le Guyader retrace ici l'histoire de la théorie de l'évolution. Nous menant des premières tentatives de classification des plantes, trois siècles av. J.C., à la théorie de l'évolution formulée par Charles Darwin au XIXe siècle, il nous conduit jusqu'aux plus récentes recherches qui associent, dans la perspective de l'évolution, nouveaux outils conceptuels et biologie moléculaire.

  • Comment expliquer cette faculté de langage propre à l'homme ? Est-elle le fruit de mutations génétiques ou de l'évolution culturelle ? Luc Steel, après avoir fait un tour d'horizon des différentes théories linguistiques aujourd'hui en vigueur, défend l'idée selon laquelle le cerveau est pré-adapté pour le langage et que ce dernier évolue de façon culturelle. En d'autres termes, que les conventions linguistiques sont en évolution constante.

  • Comment la biologie et la médecine contemporaines définissent-elles la mort ? Les travaux récents sur le suicide cellulaire doivent-ils nous conduire à voir la mort comme étant indispensable à la vie ? Sur quels fondements repose la définition médicale de la mort humaine ? Comment aborder la fin de vie, rendre accessibles les soins palliatifs et, parfois, entendre la demande d'euthanasie ? Où en sommes-nous avec les représentations religieuses de la mort et les rites funéraires ? Telles sont quelques-unes des questions auxquelles les huit auteurs de cet ouvrage apportent non pas la mais leur réponse.

  • Il y a 4 milliards d'années, sont apparues sur Terre des structures chimiques qui allaient permettre le passage de la matière à la vie. Les chercheurs ignorent les étapes qui ont conduit les premières cellules simples à se transformer en des organismes assez évolués.
    Cependant, on a découvert en Australie et en Afrique du Sud des morceaux de terrains anciens qui remontent à seulement 3,5 milliards d'années, c'est-à-dire 1 milliard d'années après la formation de la Terre et qui contiennent l'évidence d'une vie déjà bien évoluée.
    Peut-être trouvera-t-on des réponses sur Mars. C'est à cette véritable enquête policière sur les traces du vivant que nous convie André Brack.

  • Assistons-nous à une recomposition des relations entre procréation, sexualité et filiation ? La contraception a contribué à dissocier la sexualité de la perspective de la procréation ; comme en retour, les techniques de procréation assistée médicalisent celle-ci, en l'éloignant des rapports sexuels, voire en l'affranchissant des règles de la reproduction sexuée ; du coup, des redéfinitions de la filiation sont à l'oeuvre, d'autant plus délicates que la structure familiale elle-même se transforme, s'élargit, se renouvelle.

  • Le nombre de transistors contenus dans une puce double tous les 18 mois.
    Jusqu'à quand ? Aujourd'hui, nous sommes proche de faire tenir un film entier sur une puce unique... Autant dire que les enjeux économiques de cette course à l'infiniment petit sont considérables. Le transistor au silicium atteindra sans doute bientôt ses limites. Mais des solutions alternatives sont explorées pour prolonger la course à la miniaturisation et aux performances des microprocesseurs. On compte notamment sur l'électronique moléculaire, l'ordinateur biologique, le calcul quantique et pourquoi pas l'électronique de spin...

  • Est-il possible de pallier à des handicaps ou d'augmenter les performances du cerveau à l'aide de prothèses ? Plusieurs difficultés se présentent d'emblée : le système nerveux est construit en réseau, il ne contient aucun centre sur lequel se " brancher " ; et une fonction non utilisée avant un " âge critique " sera probablement perdue à jamais.
    Des progrès étonnants ont néanmoins été réalisés, mais la bataille reste rude. Et les possibilités d'adaptation et d'insertion de la personne handicapée doivent rester prioritaires. Nous sommes loin d'un marché où se rencontreraient producteurs et consommateurs !

empty